La monnaie est un bien public

La monnaie a pour fonction essentielle de permettre les échanges économiques, ces échanges devant se faire dans les meilleures conditions possibles dans le cadre d’un peuple, d’une nation, donc dans l’intérêt du plus grand nombre.

C’est donc un bien public, qui doit être géré, et d’abord créé, pour le bien commun. Dans le cas contraire, si la monnaie n’était gérée, voire créée, que pour satisfaire certains intérêts privés, elle n’apparaîtrait, comme le déclarait si justement Maurice Allais, que de la fausse monnaie, pour ne pas dire de la « monnaie de singe »

Rappelons ce qu’écrivait aussi un prédécesseur d’Allais « Ainsi notre moyen national d’échange est maintenant à la merci des transactions de prêts des banques, qui prêtent, non pas de l’argent, mais des promesses de fournir de l’argent qu’elles n’ont pas. » Irving Fisher, 100% money, 1935

Ce n’est donc pas aux banques privées de créer de la monnaie, ni d’émettre des crédits sans contrepartie monétaire, c’est-à-dire sans épargne préalable. En conséquence, les banques privées devront se comporter dans le domaine des prêts comme ce que faisaient nos caisses d’Epargne avant 1980, seule possibilité pour que toute émission monétaire soit décidée par et pour le bien du peuple

Le seul organisme susceptible d’émettre de l’argent, que ce soit sous forme physique (des billets) ou sous forme scripturale, par des écritures dans son livre de compte, devra être sous la responsabilité directe de l’Etat, que cet organisme soit la Banque de France actuelle, mais profondément rénovée, ou un institut d’émission créé à cette occasion.

1 commentaire sur “La monnaie est un bien public

  1. On a vraiment l’impression que marchés financiers et banque centrale ont actuellement partie liée, certains les traitent même de dealers d’héroïne monétaire ayant rendu accros nombre d’états de moins en moins “souverains” dans leur politique économique et budgétaire. Les marchands carthaginois mélangeaient huile et eau pour augmenter leur volume de vente, mais la bonne huile surnageait. La banque centrale, elle, émet de la fausse monnaie, gagée sur du vide, des manques d’activité, fausse monnaie indiscernable de la bonne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *