Une monnaie complémentaire fondante

Cette monnaie, complémentaire à l’€, circule uniquement sur le territoire national et est exclusivement dédiée aux échanges. Pas de vocation d’épargne, ni de spéculation. Cette monnaie, que nous appellerons l’EuroFranc (€FRF) dans la suite de ce dossier, est émise directement par la puissance publique, sans effet donc sur le montant de la dette de l’Etat.

Caractéristiques de l’€FRF

Aucune modification n’étant apportée par hypothèse à l’€ sur le territoire national, la simplicité impose que sur ce territoire, dans le règlement des biens et services, 1€FRF = 1€.

Egalement pour des raisons évidentes de simplicité, il n’y aura pas de pièces ni de billets en €FRF. Pour des raisons tant techniques (développement des cartes sans contact) que de contrôle fiscal, l’utilisation des espèces est de toute façon en régression constante.

Pour inciter à l’utilisation préférentielle de l’€FRF, cette monnaie complémentaire sera ‘fondante’, le % mensuel de ‘fonte’ étant fixé par la puissance publique en fonction des résultats de la politique économique. Décidons de le fixer pour commencer à 1. Cela signifie que le 5 de chaque mois par exemple, les avoirs en €FRF (exclusivement sur les livres de la Banque Tricolore par définition) vaudront 99% de ce qu’ils valaient le 4, la différence étant versée au Trésor Public, en ‘amortissement’ de son émission en quelque sorte. Par ailleurs, une monnaie ‘fondante’ ne peut être considérée comme une monnaie à part entière susceptible de concurrencer l’€ !

Il va de soi que l’intérêt de disposer de cette monnaie ‘fondante’ est conditionné par le fait que son montant vienne en supplément de l’€.

Utilisation de l’€FRF

Comme nous l’avons vu, sur le territoire national l’€FRF a le même pouvoir libératoire que l’€.

Les grands réseaux de distribution actuels offrent des réductions substantielles à leurs clients qui utilisent une carte de fidélité pour payer certains produits. Sur ce modèle, la carte de paiement €FRF (carte nationale) accordera ces réductions sur tous les produits participants au développement économique local.

Il sera toujours possible aux titulaires de comptes en € de changer en €FRF une partie (voire la totalité) de leurs avoirs en €, sans limitation et à leur gré. L’opération inverse n’est pas possible.

Les entreprises et l’€FRF

Un des buts de la manœuvre est que progressivement sur le territoire national l’utilisation de l’€FRF se substitue à celui de l’€. Il arrivera donc, pour les entreprises n’exportant pas en particulier, qu’elles ne disposeront plus de ressources en €, et donc de moyens d’importer. Dans les cas où l’importation est nécessaire à la poursuite de la production de certains biens et services sur le territoire national, l’Etat autorisera le change d’€FRF en €, moyennant une taxe forfaitaire qui pourrait être de l’ordre de 3% (pour prise en compte du caractère ‘fondant’ de l’€FRF).

Gestion de l’€FRF

Les terminaux de paiement électroniques seront tous modifiés (comme ceux de Nantes pour l’opération SoNantes ) pour accepter aussi bien la carte de paiement Nationale que les cartes classiques. Cette modification purement technique devrait être simple et rapide. (B.L. Voir aussi l’exemple de la carte Nickel, utilisable chez tout buraliste)

Comme il n’y a pas d’espèces libellées en €FRF, il sera possible, pour les particuliers disposant uniquement d’un compte en €FRF (hypothèse qui ne peut être totalement exclue, surtout à terme), de se procurer des espèces libellées en €, quelques dizaines d’€ par semaine au maximum, à titre de dépannage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *